Still Hungry, Still Angry octobre 05

LES THUGS « Still Angry Still Hungry »

bandeau-écouter-Spotify  bandeau-écouter-Deezer    bandeau-acheter-itunes

11 octobre 1988 : Les Thugs sont à l’Est, pour le Berlin Independence Days. Le groupe donne là un de ces concerts farouches et sauvages dont il préserve le secret (vous retrouvez d’ailleurs sur le CD quatre titres-bonus capturés à chaud en ce jour de grâce !). Le public du Loft tombe littéralement amoureux de ce combo frenchy au noise-rock aussi vif qu’inédit. L’adhésion est totale. Présent et conquis aussi, Jonathan Poneman du label Sub Pop de Seattle (Nirvana, Tad, Mudhoney déjà…), les approche et noue un premier contact aussi fraternel que motivé. Les tractations iront bon train et concluront dans l’euphorie une année pourtant morose et difficile. Effectivement, juste après l’enregistrement du maxi « Dirty White Race », Les Thugs durent affronter le départ de Gérald, leur bassiste de toujours (d’avril 1983 à juin 1988 donc). Thierry, Christophe et Eric enrôlent Pierre-Yves, troisième frère Sourice, pour combler le poste vacant. Et le quatuor (à cordes chauffées à blanc) replonge dare-dare dans la tourmente sonique. D’autant que le tempo s’accélère, que la conquête de l’Ouest se dessine. L’aube 1989 est du coup une période d’intense activité, entre des concerts partout en Europe, la mise en place d’une tournée US à rallonges, la préparation d’un premier album Sub Pop (soit une compilation d' »Electric Troubles » et « Dirty White Race »), l’écriture de nouveaux titres et bientôt leur enregistrement. On y revient…

En attendant, l’aventure américaine, débutée le 10 juin à Seattle en compagnie de PIL, durera deux mois. Riche en rencontres (Jello Biafra, les maquisards de Maximum Rock’n’Roll…), en bonheurs purs et déconvenues acidulées, l’épreuve sera aux dimensions du pays visité : des milliers de kilomètres avalés, des chapes de fatigue ravalées. Une trentaine de dates (avec SNFU, Tad, Blood Circus…) de Chicago à Houston, de New York à San Francisco, de Toronto à Washington, et la sortie locale d' »Electric Troubles » en cours de route, scelleront à jamais la plus grande incursion réalisée par une escouade française en terre yankee. Loin d’émousser la rage et les convictions du groupe, cette expérience insigne relance encore une machine en perpétuelle recharge de vitesse, toujours irascible, toujours affamée. D’où, sans doute, le titre de l’album en marche, cette pépite incandescente que vous tenez entre les mains…

Les Thugs Still Hungry Still Angry

« Still Hungry » : l’urgence des grands affamés (effarés disait Rimbaud) sonne la charge dès l’enregistrement. « Still Angry » : l’affaire est pliée en une semaine dans la hargne et la frénésie qui précèdent les grandes croisades. C’est l’américain Iain Burgess qui, après son propre Big Black, Naked Raygun, Mega City Four et une bonne moitié de la scène de Chicago, se charge de la production. On le retrouvera quelques années plus tard en pleine campagne angevine triant le bon grain de l’ivraie locale, mais pour cette première hexagonale, c’est au fin fond du Pays de Galles qu’il affûte les douze soupapes d’une cuvée exceptionnelle. Quatre jours d’enregistrement, basta, et trois pour un mixage qu’il faudra recalcifier, une fois à Chicago, une autre en Angleterre au retour des Etats-Unis. Et quel choc ! Dès les premières mesures de « Your kind Of Freedom », martelées par un Christophe en plein sprint, le TGV est lancé. Noble et primitif, sensible et intraitable : on pourrait ainsi aligné tout un chapelet d’antithèses tant s’impose d’emblée une vraie fibre novatrice. Déjà la voix d’Eric surfe allègrement sur un lit de braises sans cesse ravivées par des guitares furieuses. Et l’étonnant « Suspended Time » prend aussitôt le relais avec son âme bluesy passée à la centrifugeuse noisy : l’un des plus beaux titres des Thugs. Triste et exaltée à la fois, cette composition exemplaire montre encore la capacité du groupe à générer des chœurs élégiaques et filigranés. S’en suit avec la même tension altière l’un des deux instrumentaux du disque : « Groucho’s Theme ». Ne pas voir là une quelconque pose pour faire son Link Wray ou Dick Dale à deux sous, mais simplement le fait que parfois cette musique butée, acérée et dense, est assez explicite pour se passer de mots. Adeptes donc du « quand on a rien à dire on ferme sa gueule » , les Thugs reprennent illico la parole pour un « Birthday » amer, en dérapage contrôlé mais sur les jantes, et pour le gigantesque « Birds Of Ill Omen », hardcore bio contre tous les oiseaux de mauvais augure, décideurs de programmes nucléaires notamment. On pourrait d’ailleurs évoquer furtivement ce positionnement ferme et pudique du groupe à mi-chemin de l’anar et de l’ouvrier, de la vie dogmatique et de celle qui blesse. Mais déjà s’annoncent « Going Down », « Inside Room » ou « Little Vera’s Song ». La cavalcade continue, martelée à souhait, jusqu’à imploser en un venimeux « Square Of Lights ». Cet unique texte écrit par Eric, les autres l’étant par Christophe, sous-tend une sorte d’ondoiement de guitares, martial comme une arrivée au Port de l’Angoisse. En bref, ce disque est un chemin, mené tambour battant certes, mais serpentant au cœur de la vie. On y respire, on y cogite, on y vagabonde…

Premier véritable album des Thugs, après deux mini-LPs, « Still Hungry Still Angry », voire « Still Hangry » par contraction, restera à jamais, à l’instar du « Different » des Dogs ou du premier Noir Désir, une de ces pierres angulaires du Rock en France. Depuis sa sortie internationale à l’automne 1989, il n’en finit pas d’évacuer ce trop-plein d’énergie humaine et généreuse. Et puis, assez parlé maintenant : écoutez plutôt cet éternel pilier de mon Top 5 pour l’île déserte. Assurément… (Jean-Luc Manet, 2004)

Tracklisting STILL HUNGRY STILL ANGRY :
01- Your Kind Of Freedom    02’24
02- Suspended Time    02’50
03- Groucho’s Theme    01’23
04- Birthday (Why Didn’t You Come For My…)    04’38
05- Birds Of Ill Omen     03’42
06- Going Down    01’41
07- Raining Again    02’37
08- Inside Room    02’40
09- Little Vera’s Song    05’44
10- Time Of Reaction    01’15
11- Radical    02’24
12- Square Of Lights (?)    05’00
13- My Strong Time    03’04
14- Restless    02’29

Bonus Tracks (Réédition CD Inventaire)
15- Groucho’s Theme (live)    01’24
16- Dead Dreams (live)    02’20
17- I Need You (live)    02’03
18- Chess And Crimes (live)    02’43

STILL ANGRY, STILL HUNGRY a été enregistré par Iain BURGESS et Tim LEWIS aux Loco Studios en Mai 1989, mixé au Chicago Recording Company, produit par Iain BURGESS et Christophe SOURICE.

 

Extraits de chroniques Still Hungry Still Angry :

« Toujours affamés de mélodies communicatives, toujours sur brèche d’un speedcore récalcitrant, Les Thugs se rapprochent un peu plus chaque jour des Tables de la Loi rock’n’roll. Ils en sont le sang neuf, et demain peut-être la figure de proue. Still Hungry, toujours farouches, the Etruscans are still alive… »
— Jean-Luc Manet, Best, 1990

« Un chef d’œuvre est un chef d’œuvre. Un monument ne se décrit pas, il se contemple. »
— Combo #3, 1989

« There have always been great French underground Rock’n’roll bands, but Les Thugs are the first to attract serious attention abroad, a significant miraculous breakthrough. Electric Troubles, their 1987 mini-LP debut gave a warning : a work of brute force, it evoked some sort of primitive revision of r’n’r verve roots. Still Hangry, their first full album finds Les Thugs still inspired, if slightly less monstrous with it. The Thugs’ unholy trinity of ghostly, soaring backing vocals, rabid guitars and  a backbeat born of bastardized Sun rockabilly sides is gloriously intact, but there is a certain restraint evident that is not displeasing, only surprising. Comparisons are few on the ground; Les Thugs are genuinely unique. »
— Sounds (uk)