Pochette Maniacs Dont Climb novembre 15

Étiquettes

Maniacs « Maniacs Vs Sharkiat »

Amazon : http://amzn.to/1mCwsrh
Spotify : http://bit.ly/214j8eP
Deezer : http://bit.ly/1R49R1D
iTunes : http://apple.co/1SPKbJP
Google Play : http://bit.ly/1KkCUyy

Il faut bien rechercher dans les racines égyptiennes de Alain Croubalian la génèse de ce projet, quand le plus oriental des groupes de rock rencontre le plus rock des groupes orientaux. On obtient alors Maniacs vs Sharkiat ou l’incroyable visite de trois Helvètes au pays des pyramides. Don’t Climb the Pyramids, composé et enregistré au Caire, vient confirmer le mariage sur disque et asseoir la « world explosion » comme le style jubilatoire du troisième millénaire. Nulle collision ici entre les genres ou les couleurs : les lignes mélodiques glissent comme de l’eau claire sur le torrent des percussions tandis que la voix se niche entre creux et bosses (ciselés par la section rythmique). D’une fluidité totale, cette musique hybride dégage une saveur inédite, à mi-chemin entre vapeurs de hammam et relents de cave, dans un univers qui constitue, sans aucun doute, la meilleure preuve des vertus du métissage. Les Maniacs, en signant leur pacte avec les Egyptiens de Sharkiat se sont directement perchés sur le toit du monde, à une altitude où d’ordinaire l’oxygène se raréfie mais où tout devient étourdissant.

Les Maniacs vs sharkiatCe projet musical hybride, que certains ont rattaché à l’époque de Asian Dub Foundation, Natacha Atlas ou de Grotus, n’est pas seulement resté un projet discographique. Maniacs vs Sharkiat a aussi donné quelques concerts en France lors de festivals comme Les Transmusicales de Rennes ou celui de Fontenay-le-Comte, et à l’étranger notamment en Egypte et au Vietnam. Alain Croubalian racontait à ce propos dans le numéro 62 du fanzine Abus Dangereux que le groupe était « le premier groupe de rock a avoir joué dans un lieu officiel depuis 1992 » en Egypte. « Lors des émeutes, les groupes locaux ont été poursuivis et même enfermés à cause de la musique. Mais comme nous nous inscrivons dans un projet d’échange culturel soutenu par le gouvernement, nous avons été bien perçus. Ce qui n’empêche pas que notre intervention a suscité un débat. (…) là-bas, ce n’était pas très bien vu de jouer de la musique arabe avec des apports occidentaux. » Au Vietnam, le projet Maniacs vs Sharkiat y est allé également « dans le cadre d’un échange » culturel. « On a fait une vraie tournée avec une vraie sono pour présenter quelque chose qui soit à la hauteur. (…) Certains  n’avaient pas vu de concerts de rock de leur vie ! ».

A la fin des années 90, un tel projet pouvait sans doute surprendre les rockeurs (l’aventure a d’ailleurs été difficile à monter), mais le résultat semble avoir été à la hauteur et a surpris, en bien, beaucoup de monde. En témoigne le passage du groupe sur Canal + dans l’émission Nulle Part Ailleurs en avril 1999 où il interpréte le morceau « Oum el khair » (voir ci-dessous la vidéo exhumée de Youtube… désolé pour la qualité, c’est la seule trace). La ressortie numérique de ce disque lui donne une nouvelle chance… dans un monde désormais habitué aux mélanges musicaux, même les plus incertains ! Donnez lui une chance.

Eric Sourice / Frank Frejnik

Maniacs Sharkiat

Tracklisting Don’t Climb The Pyramids
01- I can’t find (mish lei)
02- Pic nic
03- Om el Khair
04- Cairo lullaby
05- Chadi
06- Joséphine
07- Treasure
08- Time exploring machine
09- Emilio
10- Cairo chant

Songs composed and rehearsed in Double Vision Studio in Manial, Cairo, september 1997. Recorded live by Michael Ilbert in El Arabi Music House, Shobra, Cairo, the last week of september 1997. Additional recordings at Buzz and Netz’s hideout, Zurich, 6-9 july 1998 Engineered by Thierry Van Osselt. Mixed by Michael Ilbert at PUK studios, Denmark 22-25 july 1998. Original idea by Fathy Salama and Alain Croubalian. All arrangments by Fathy Salama and les Maniacs. Produced by Michael Ilbert.

 

Maniacs vs Sharkiat :
Fathy Salama : keyboards, piano
Saleh Ahmed : accordion
Gaber Menmar : mizmar, ney
Ramadan Mohamed : table, riq
Ayman Ahmed : djembe, tabla, timbales, riq, bells
Gafaar Ibrahim : bongos
Jili Morsia : bass
Hafid Zerhouni : drums
Alain Croubalian : guitars, vocals

Maniacs vs sharkiatOpéra du Caire, Egypte

Extraits de chronique :

« Il fallait bien qu’un jour les Maniacs fassent le pont entre leurs racines et leurs influences et décident d’emmener leur power pop faire un petit tour du côté de l’Orient. (…) La rentre des deux cultures est presqu’aussi fructueuse que celle de Natasha Atlas avec le Transglobal Underground. Du rock, on entend les guitares, les mélodies et les textes en Anglais. De la musique arabe, on entend les sonorités chaudes d’instruments traditionnels, les vocalises de Fathi Salama et une certaine nonchalance dans le traitement des musiques qui dévient de leur trajectoire initiale. » — Abus Dangereux