Nasty S And The Ghost Chasers « Waiting For The Last Gasp Of My Generation »

Extrait du petit livre En attendant le dernier soupir de ma génération, écrit par Nasty S, accompagnant le disque Waiting for the Last Gasp of my Generation :

« A un âge – et une période – où l’ultime geste rock and roll est de poster une photo sur les réseaux (a)sociaux de son bambin joufflu portant un T-shirt des Ramones (ou une layette à l’effigie de Motörhead), je me suis dit que j’allais enregistrer un disque de reprises. Un cadeau que je m’offrirais, en toute innocence et en toute décontraction, pour le simple plaisir de jouer et d’enregistrer quelques titres qui m’ont accompagné durant mes années collège ou lycée. Un exercice de style, quasi une tradition, qui a déjà fait ses preuves et auquel des milliers de musiciens se sont pliés avec plus ou moins de panache.
La sortie de cet album devait d’ailleurs correspondre à mon quarantième
anniversaire, pour « marquer le coup » comme on dit. Il aura fallu cinq années supplémentaires, et leur cortège de complications inévitables – un divorce, des séparations, des déménagements, une pandémie, des confinements, des couvre-feux, des livres à terminer, d’autres disques à sortir, trois hospitalisations, et divers coups du sort, de la simple pichenette exaspérante au coup de massue brutal et foudroyant – pour que les fichiers stockés dans mon ordinateur se matérialisent enfin en un vrai disque (format CD, à l’ancienne). Mieux vaut tard que jamais, comme le formulent les plus sages d’entre nous.

Les groupes que j’ai choisi de reprendre, pour lesquels j’éprouve une fidélité granitique, et que je défends encore aujourd’hui avec ardeur et conviction, correspondent à un – ou des – fragment(s) de ma vie. Quand je les réécoute, leurs albums et leurs chansons, c’est d’abord pour me reconstituer ce monde dans lequel je chambolais étant môme. « Humer à nouveau les fragrances de cette jeunesse enclavée entre excitation et ennui… cette jeunesse que l’on sait à peine saisir quand on la vit… et dont on poursuit l’éclat – sans cesse déclinant – toute sa vie durant. » J’ai noté cette phrase dans un de mes carnets… je ne sais plus à qui elle appartient, mais elle a parfaitement sa place ici.

Ceux que j’ai retenu – des dizaines d’autres auraient également pu faire partie de cette sélection – ont apporté une contribution plus que notable à mon histoire, ma trajectoire… c’est leur première caractéristique commune. Et il y en a quelques-unes supplémentaires, bien sûr. Ils ont infléchi et éclairé mon parcours personnel. Et s’ils n’occupent pas une grande place dans les doctes histoires de la Musique, ils ont encapsulé une époque, et trônent – tout mésestimés qu’ils sont – au 7ème ciel de ceux pour qui la culture rock n’a pas été qu’un passe-temps éphémère et vain.
Les noms de groupes listés au dos de ce disque résonnent telle une voix protectrice, ils vibrent de souvenirs infrangibles. Ces chansons, choisies pour des raisons personnelles très précises, ne sont pas recouvertes d’une épaisse couche de poussière, elles sont encore aussi éclatantes et remuantes qu’à notre premier contact ; elles demeurent non figées, elles vivent, et je peux encore, plus de trente ans après les avoir entendues pour la première fois, les sentir et les palper. »


« I have always been awed by music’s ability to open up the memory to the point of disorientation. I am not interested in living in the past but I don’t mind riding waves of thought that come from hearing songs that are, at this point, part of my genetic code. It’s like being able to see clearly through a smashed mirror – a reflective, distorted experience that allows you to be in the past and present simultaneously.
Henry Rollins 


NASTY S And THE GHOST CHASERS
Waiting for the Last Gasp of my Generation
CD + Book & Digital
Twenty Something, NS109CD — sortie le 31 mai 2022

TRACKLISTING
01 – « The Fire Within » – Opening
02 – « Sex Beat » (Gun Club) feat Paul Smith
03 – « Creepy Jackalope Eye » (Supersuckers) feat. Patrice Fillol
04 – « Work For Food » (Dramarama) feat. Forest Pooky
05 – « The Last Of The Famous International Playboy » (Morrisey) feat. Francis Altrach
06 – « Rudderless » (Lemonheads) feat. Mike Begnis
07 – « I Do, I Do, I Do » (The Hard-Ons) feat. Wattie Delai
08 – « To Walk The Night » (Samhain) feat. Erin Sims
09 – « The Last Goodbye » (Agent Orange) feat. Simon Chainsaw
10 – « Hang Around » (Tumbleweed) feat. Anne Durand
11 – « You Fight Like a Little Girl » (Pegboy) feat. Paul Smith
12 – « Oyster » (Jawbreaker) feat. Rom Tom Cat
13 – « Shine On » (The House of Love) feat. Fra
14 – « S.F.S » (Dag Nasty) feat. Macst
15 – « Nausea » (Therapy?) feat. Sylvain Bombled
16 – « Transmission » (Joy Division)

Enregistré dans différents studios.
Mixé en Mai et Juin 2010 par Thomas «Robbie» Fournier & Nasty Samy @ The BatCave Studio (Besançon, France).

Nasty S sur facebook.

* * * * *
Précommande , ici.
CD Digipack 16 titres + livre 14×12 cm 48 pages 12,00 € port compris (15€ après la précommande)
* * * * *